Séminaire : La protection et la valorisation des sédiments en France et au Mexique. Approche pluridisciplinaire

Résultat de recherche d'images pour "institut droit environnement"

Séminaire atelier 4 et Institut de droit sur l’environnement (IDE)

“La protection et la valorisation des sédiments en France et au Mexique. Approche pluridisciplinaire”

Vendredi 6 octobre 2017

9h30 à 17h00

Salle Caillemer, Université Jean Moulin Lyon 3

15, quai Claude Bernard, 69007 Lyon

Les cours d’eau ont besoin des processus sédimentaires, qui modèlent le paysage et diversifient les habitats, pour atteindre un fonctionnement équilibré. Ces processus ont plusieurs origines : l’érosion des sols du bassin versant, l’érosion du lit en amont du cours d’eau et l’érosion des berges provoquées par la force du courant. Ces matériaux solides seront tous lentement conduits à l’aval par le cours de l’eau, à moins de se trouver piégés ou ralentis par des barrières naturelles ou humaines. Concernant ces dernières, les activités susceptibles d’interrompre la progression des sédiments vers l’aval d’un cours d’eau sont, notamment, l’exploitation des carrières et des mines et l’implantation de barrages (production d’électricité, irrigation).

Si la connaissance de ces phénomènes dynamiques rythmant l’évolution des cours d’eau est assez fine dans les disciplines telles que la géographie physique, l’écologie ou l’hydrologie, l’appréhension que peuvent en avoir les sciences sociales est moins développée. En droit, les études nationales ou comparatives ayant comme objet spécifique la protection et la gestion des sédiments sont inexistantes. Certes, le droit de l’eau français, par son approche globale des milieux aquatiques s’applique aux sédiments. La planification des usages de l’eau, la réglementation des activités humaines portant atteinte aux milieux aquatiques intègrent les sédiments comme une composante du cours d’eau. Il apparaît toutefois pertinent d’explorer cet ensemble normatif par le biais des sédiments, afin de mesurer si les processus inhérents à la vie d’un cours d’eau constituent des objets juridiques. En d’autres termes, le droit de l’eau est-il capable d’appréhender et de protéger les processus sédimentaires ? La législation environnementale a-t-elle intégré la nécessité de protéger le bon déroulement du transport naturel des sédiments et prend-elle en compte la continuité écologique du cours d’eau ? Sur cet enjeu, une approche comparée permettra de mettre en évidence les retards ou les avancées respectifs des différents modèles juridiques étudiés.

Le programme détaillé de la journée est disponible ici.

Séminaire : Les aires protégées à Madagascar, dernier rempart de la biodiversité résisteront-elles aux nouvelles vagues de migrations internes ?

Séminaire ateliers 4 et 5

“Les aires protégées à Madagascar, dernier rempart de la biodiversité résisteront-elles aux nouvelles vagues de migrations internes ?”

Présenté par Samuel Razanaka*, chercheur au CNRE
Professeur invité par Lyon3

9 octobre 2017 – 10h

Salle 604 – 18 rue Chevreul, 69007

A Madagascar la création des aires protégées amorcée depuis les années 1920, a été renforcée vers les années 2000. Cette mesure semble être la solution idéale pour préserver sa biodiversité, reconnue parmi la trentaine de Hotspots mondiaux. Les difficultés liés au changement climatiques du grand sud de Madagascar, et la pauvreté des populations qui en découle, ont poussés des groupes de gens à adopter des stratégies foncières, ils quittent par vague leur zone d’origine pour se déplacer vers les régions plus au nord : Menabe et de Boeny dans l’ouest et le nord-ouest de l’ile, pour la pratique de défriche-brûlis pour la culture de maïs et de d’arachide ou de lentille, pour l’exportation.

Les impacts de cette migration sur les écosystèmes des zones d’accueils sont alarmants, perte importante de surface forestière, dégradations des ressources. Les aires protégées situées dans ces zones se trouvent ainsi fortement menacées. La maîtrise et le contrôle du flux migratoire est très important pour assurer la viabilité des aires protégées dans ces
zones .

Mots-clés : aire protégée, biodiversité, pauvreté, migration, changement climatique, défriche-brûlis, culture pour l’exportation.

*Samuel Razanaka, chercheur au CNRE (Centre National de Recherches sur l’Environnement : http://cnre.recherches.gov.mg/ ), une institution rattachée au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique à Madagascar, sera présent à l’Université Lyon3 et au sein de l’UMR EVS, sur la période de 20 septembre au 20 octobre 2017, au titre de professeur invité.