Séminaire : La protection et la valorisation des sédiments en France et au Mexique. Approche pluridisciplinaire

Résultat de recherche d'images pour "institut droit environnement"

Séminaire atelier 4 et Institut de droit sur l’environnement (IDE)

« La protection et la valorisation des sédiments en France et au Mexique. Approche pluridisciplinaire »

Vendredi 6 octobre 2017

9h30 à 17h00

Salle Caillemer, Université Jean Moulin Lyon 3

15, quai Claude Bernard, 69007 Lyon

Les cours d’eau ont besoin des processus sédimentaires, qui modèlent le paysage et diversifient les habitats, pour atteindre un fonctionnement équilibré. Ces processus ont plusieurs origines : l’érosion des sols du bassin versant, l’érosion du lit en amont du cours d’eau et l’érosion des berges provoquées par la force du courant. Ces matériaux solides seront tous lentement conduits à l’aval par le cours de l’eau, à moins de se trouver piégés ou ralentis par des barrières naturelles ou humaines. Concernant ces dernières, les activités susceptibles d’interrompre la progression des sédiments vers l’aval d’un cours d’eau sont, notamment, l’exploitation des carrières et des mines et l’implantation de barrages (production d’électricité, irrigation).

Si la connaissance de ces phénomènes dynamiques rythmant l’évolution des cours d’eau est assez fine dans les disciplines telles que la géographie physique, l’écologie ou l’hydrologie, l’appréhension que peuvent en avoir les sciences sociales est moins développée. En droit, les études nationales ou comparatives ayant comme objet spécifique la protection et la gestion des sédiments sont inexistantes. Certes, le droit de l’eau français, par son approche globale des milieux aquatiques s’applique aux sédiments. La planification des usages de l’eau, la réglementation des activités humaines portant atteinte aux milieux aquatiques intègrent les sédiments comme une composante du cours d’eau. Il apparaît toutefois pertinent d’explorer cet ensemble normatif par le biais des sédiments, afin de mesurer si les processus inhérents à la vie d’un cours d’eau constituent des objets juridiques. En d’autres termes, le droit de l’eau est-il capable d’appréhender et de protéger les processus sédimentaires ? La législation environnementale a-t-elle intégré la nécessité de protéger le bon déroulement du transport naturel des sédiments et prend-elle en compte la continuité écologique du cours d’eau ? Sur cet enjeu, une approche comparée permettra de mettre en évidence les retards ou les avancées respectifs des différents modèles juridiques étudiés.

Le programme détaillé de la journée est disponible ici.

Séminaire : Les aires protégées à Madagascar, dernier rempart de la biodiversité résisteront-elles aux nouvelles vagues de migrations internes ?

Séminaire ateliers 4 et 5

« Les aires protégées à Madagascar, dernier rempart de la biodiversité résisteront-elles aux nouvelles vagues de migrations internes ? »

Présenté par Samuel Razanaka*, chercheur au CNRE
Professeur invité par Lyon3

9 octobre 2017 – 10h

Salle 604 – 18 rue Chevreul, 69007

A Madagascar la création des aires protégées amorcée depuis les années 1920, a été renforcée vers les années 2000. Cette mesure semble être la solution idéale pour préserver sa biodiversité, reconnue parmi la trentaine de Hotspots mondiaux. Les difficultés liés au changement climatiques du grand sud de Madagascar, et la pauvreté des populations qui en découle, ont poussés des groupes de gens à adopter des stratégies foncières, ils quittent par vague leur zone d’origine pour se déplacer vers les régions plus au nord : Menabe et de Boeny dans l’ouest et le nord-ouest de l’ile, pour la pratique de défriche-brûlis pour la culture de maïs et de d’arachide ou de lentille, pour l’exportation.

Les impacts de cette migration sur les écosystèmes des zones d’accueils sont alarmants, perte importante de surface forestière, dégradations des ressources. Les aires protégées situées dans ces zones se trouvent ainsi fortement menacées. La maîtrise et le contrôle du flux migratoire est très important pour assurer la viabilité des aires protégées dans ces
zones .

Mots-clés : aire protégée, biodiversité, pauvreté, migration, changement climatique, défriche-brûlis, culture pour l’exportation.

*Samuel Razanaka, chercheur au CNRE (Centre National de Recherches sur l’Environnement : http://cnre.recherches.gov.mg/ ), une institution rattachée au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique à Madagascar, sera présent à l’Université Lyon3 et au sein de l’UMR EVS, sur la période de 20 septembre au 20 octobre 2017, au titre de professeur invité.

Colloque : La place du droit coutumier en Dombes aujourd’hui

genevieveromier (CC BY 2.0)

 

 

Colloque : La place du droit coutumier en Dombes aujourd’hui

Lyon, 4 octobre 2017 – Amphi Doucet-Bon, 18, rue Chevreul

Contexte : Depuis le XIIème siècle, le territoire de la Dombes (01) a été aménagé par l’homme de façon à permettre l’exploitation de la ressource en eau qui y est omniprésente. Un vaste réseau hydrographique a été créé autour de quelques 1 100 étangs. Leur exploitation s’est accompagnée de l’édiction de règles non écrites. L’usage de l’eau est donc aujourd’hui réglementé par ces normes ancestrales, mais subissent également les fortes contraintes des mutations sociales et du droit contemporain.

Objectif de la journée : A la suite d’un projet de recherche (2015-2016) qui permis de mettre en évidence un certain nombre d’enjeux tant juridiques que pratiques liés à l’application de la coutume locale, le but est de démontrer que le droit coutumier de Dombes, inscrit dans le « Truchelut » depuis 1881, dispose toujours d’une force normative sur ce territoire. Il est cependant nécessaire d’exposer ses évolutions matérielles, ainsi que la nécessaire adaptation de son statut juridique.
En définitive, cette journée se propose dans un premier temps d’analyser les difficultés actuelles que connaît l’application du droit coutumier en Dombes, afin, dans un deuxième temps, de présenter les propositions qui ont été faites dans le but de les dépasser.
Les enjeux de ces travaux sont importants à au moins deux égards. D’une part, d’un point de vue juridique et de la théorie du droit, il s’agit de montrer la persistance d’une source de droit originale dans l’ordonnancement juridique actuel. D’autre part, la réflexion juridique constitue un support pour la pérennisation de pratiques agricoles qui intègrent le patrimoine d’un territoire de notre région.

Pluridisciplinarité : La réflexion juridique, tant sur les règles applicables que sur leur forme, ne peut se départir d’une analyse des phénomènes historiques et sociaux qui ont façonné le territoire de la Dombes au cours des siècles. Ce constat rend donc nécessaire d’intégrer à cette journée, les interventions de chercheurs en Sciences humaines et sociales autres que le droit.

Les nouvelles dynamiques juridiques proposées tireront leur légitimité et leur efficacité de l’analyse du donné social local. En outre, une réflexion portant sur l’application d’un droit spontané local doit être ancrée dans le réel et nécessite donc l’éclairage des praticiens locaux du droit, et les représentants des filières professionnelles locales. À ce titre, certains d’entre eux seront invités à partager leurs expériences et leurs analyses des enjeux pesant sur ce territoire.

Programme provisoire :

Ouverture

8h30 Accueil des participants
9h Introduction du Colloque
Mot d’accueil : Doyen Fac de droit / Dir. EVS / Dir. École Notariale
Présentation des enjeux pour la Dombes D. Abad (président CD 01). J.L. Payet-Pigeon (VicePrésident Syndicat des Etangs). F. Guillemin (membre APPED). (Agence de l’eau RMC ?)
Présentation du projet et de la journée de débats par le directeur scientifique : Ph. Billet + l’animateur du projet : G. Bailly

 

Première partie : Contexte historique et sociologique

Présidence de session : Jean Untermaier

De la pratique au besoin de normativité : la nécessité d’une régulation juridique en territoire rural

9h30 André Buisson : présentation du territoire de la Dombes et des étangs : évolutions historiques et émergence des usages
10h30 L’exploitation de l’eau sous tension Vanessa Manceron : La construction d’une communauté de l’eau
10h50 Me Jean-Jacques Contassot (huissier de justice) : Une société locale sous tension : histoire récente des contentieux locaux

  • Questions avec la salle (10min)
  • Pause (15 min)

 

Deuxième partie : La complexité du droit applicable en Dombes

Présidence de session : Anne Honegger

1. La place et le rôle de la coutume dans les sources normatives

11h45 Pascale Deumier : La coutume d’hier à aujourd’hui, une source de droit persistante
12h05 Jean Untermaier : Droit coutumier et environnement, une mise en valeur originale de l’écosystème
12h25 Stéphane Verthuy DDT : La protection réglementaire de l’environnement dombiste et la coutume, un conflit normatif ?

  • Questions avec la salle (10min)
  • Pause méridienne : 1h30

2. Propriété et gestion collective d’une ressource naturelle commune

14h00 (intervenant à confirmer) Les incidences locales de la patrimonialisation de l’eau dans la loi sur l’eau de 1992
14h20 Philippe Billet : La patrimonialisation des services rendus par la ressource en eau.

  • Questions avec la salle (15 min)
  • Pause 15min

 

Troisième partie : Le besoin de nouvelles dynamiques normatives en Dombes aujourd’hui

Présidence de session : Philippe Billet

1. Enjeux contemporains : Une inévitable et nécessaire évolution du droit applicable

14h50 Sylvain Bernard (Conseiller Piscicole CA 01) et F. Ballandras (Président APPED, pisciculteur) La modernisation des pratiques dans l’exploitation de la ressource et des étangs
15h10 Me Carole Guyard (Avocate, à confirmer) L’absence de mise en œuvre optimale du droit coutumier : les difficultés d’invocation de la coutume devant le juge de droit commun

  • Questions avec la salle (10min)

2. Propositions d’évolution

15h30 : Du droit coutumier à la contractualisation du droit spontané local

Table ronde :
Présentation du rapport et des propositions formulées par G. Bailly. Discussion des conclusions avec S. Mérieux (Président Syndicat des Etangs) ; Notaires (Me Rassion, à confirmer); M. Didat, (juriste CA01), M. Benmergui (ONCFS)

17h15 : Conclusions et fin de la journée

17h30 : Remise officielle du rapport d’étude aux financeurs suivi d’un buffet Dombiste

Séminaire interne « Des polluants dans la ville. Construction et perception : différentes approches au sein d’EVS »

Séminaire interne organisé par les ateliers 3 et 4.

Lieu et date : mardi 7 février 2017 à partir de 14h. La séance aura lieu en salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon. 

Ce séminaire a pour objectif de confronter différentes approches de la pollution dans les villes développées au sein d’EVS. Ces approches intéressent les processus de contamination et leur perception par les urbains. Elles mobilisent des cadres d’analyse particuliers et sont souvent mises en œuvre à l’occasion de programmes pluridisciplinaires, qui relèvent de recherches-action ou de recherches appliquées et qui intègrent des chercheurs en sciences pour l’ingénieur et en sciences pour l’environnement ainsi que des collectivités territoriales. Le séminaire aura pour objectifs de discuter des cadres d’analyse mobilisés et des résultats produits. Il permettra aussi de revenir sur les questions d’anthropisation en lien avec les pollutions urbaines et sur les situations de recherche pluridisciplinaires pour analyser ces processus.

Programme :

14h00-17h00 : interventions

Emeline Comby, Nina Cossais, Marylise Cottet, Anne Honegger, « Micropolluants et eaux pluviales urbaines. Caractérisation des représentations des micropolluants et des dispositifs techniques par différents niveaux d’acteurs décisionnels (Métropole de Lyon)

Cyrille Harpet, Anne-Claire Maurice, « Résidus de médicaments dans les eaux : rôle des dispositifs techniques et pratiques du soin, de la prescription à « l’élimination » »

Jingyi Hao, Claire Mandon, Jean-Yves Toussaint, Sophie Vareilles, « Activités sociales et pollutions urbaines. Analyse sociotechnique du bassin versant Django Reinhardt à Chassieu (69) »

17h00-18h00 : discussion

Faire travailler les différentes approches entre elles ?

Des situations de recherche pluridisciplinaire pour quoi faire ?

Quels rapports à l’action ?

 

Plus d’informations sur ce séminaire sur le blog de l’atelier : https://atelier3.hypotheses.org/98

Séminaire EVS/EMSE consacré à l’atelier 4

Le séminaire EVS/EMSE du mois de février sera consacré à l’atelier 4.
Il aura lieu le jeudi 2 février, à 14h30, en salle E1.11 du bâtiment historique, 158 cours Fauriel de l’EMSE (Ecole des Mines de Saint-Etienne).
Seront présentés les travaux de Fayssal Boucheikhchoukh (potentialités géothermiques de l’aquifere minier stephanois ) et de Maximilien Brossard (Outil d’aide à la décision pour la définition de stratégies de rénovation du parc bâti stéphanois)

Outil d’aide à la décision pour la définition de stratégies de rénovation du parc bâti stéphanois, Maximilien Brossard :
L’objectif des recherches présentées vise à contribuer au développement d’une méthodologie et d’un outil permettant d’apporter aux commanditaires (collectivités locales et/ou leurs mandataires) des éléments d’aide à la décision afin d’établir les priorités d’action et un ciblage des décisions en lien avec la rénovation énergétique du parc bâti de St-Etienne.
Il s’agit plus particulièrement de développer une interface d’analyse du parc de bâtiments au travers d’une approche quantitative et qualitative. Cette analyse intègre les éléments physiques, urbanistiques et sociaux des bâtiments.
L’objectif est de produire un outil dynamique, au format Web SIG, permettant de visualiser, de caractériser et d’évaluer sur le territoire stéphanois, le potentiel de rénovation du parc de bâtiments à différentes échelles (parcelle, quartier, IRIS, …).

Pour plus d’informations merci de contacter Natacha Gondran (natacha.gondran@emse.fr)

Appel à contributions pour l’ouvrage collectif « L’odysée des mots du patrimoine »

Appel à contributions pour l’ouvrage collectif « L’odysée des mots du patrimoine », coordonné par Vincent Négri (ISP) et Nathalie Lancret (AUSser)

Accédez à l’appel : appel_contributions_lodyssee-des-mots-du-patrimoine

Les propositions d’articles doivent comprendre :
– un résumé d’environ 500 mots précisant le titre de l’article et les points forts de leur argumentaire,
– une courte présentation biographique de l’auteur (500 signes) précisant le nom, un courriel et l’affiliation institutionnelle,
– les propositions sont à adresser conjointement à Vincent Négri (vincent.negri@cnrs.fr) et à Nathalie Lancret(nathalie.lancret@wanadoo.fr)

Calendrier :
envoi des résumés, assortis d’une courte présentation bio-bibliographique, avant le 15 décembre 2016,
– réponse aux auteurs le 15 janvier 2017,
– pour les propositions sélectionnées, envoi de l’article complet le 31 mars 2017 au plus tard.

L’ouvrage sera publié aux Presses de l’Université du Québec. Continuer la lecture de Appel à contributions pour l’ouvrage collectif « L’odysée des mots du patrimoine »

Ressource et changement rapide

La notion de ressource a longtemps désigné une entité concrète, matérielle et localisée (un gisement de pétrole, une rivière…), dans l’attente de l’exploitation humaine. Aujourd’hui, cette matérialité n’est pas séparable d’un processus d’identification/qualification par un acteur individuel ou collectif. La notion peut aussi prendre une acception non matérielle, le monde social offrant aux uns et aux autres des ressources spécifiques, variables selon leur position et leur histoire. Les ressources « à disposition » peuvent ainsi être définies comme l’ensemble des moyens matériels, relationnels ou symboliques, permettant la conception et la mise en œuvre d’un ensemble d’actions, inscrites dans un projet individuel ou collectif. Les ressources sont ainsi matérielles (pétrole, eau, sol, air, mais aussi objets manufacturés……), économiques (revenu, capital…), cognitives (connaissances techniques, scolaires, académiques – ou non), sociales (p.ex. capacité à mobiliser ou non un réseau de relations, à s’exprimer en public, etc.), patrimoniales (capacité à révéler/valoriser/construire tout ou partie d’un territoire), etc. La période contemporaine est marquée par des évolutions rapides, en matière de disponibilité des ressources matérielles (perspective d’un « monde fini ») comme d’organisation locale/globale : mouvements de population importants (guerres, sécheresses ou inondations de grande ampleur, montée du niveau des mers…), bouleversements technologiques (p.ex. technologies numériques, procédés de valorisation), économiques (p.ex. crises financières…), ou encore politiques (« printemps » arabes…)… Ce carnet vise à penser la ressource en contexte de changement rapide. Il s’agit de s’interroger sur les modalités contemporaines de construction et de gestion d’un « milieu » tout à la fois matériel, relationnel et symbolique. Ce carnet est la vitrine des réflexions et des travaux scientifiques menés par les membres de l’UMR 5600 « Environnement, Ville, Société » dans le cadre de l’atelier 4 du projet de laboratoire (Penser la ressource en contexte de changement rapide).

Séminaire : Appréhender la diversité des représentations de la ressource environnementale : approches méthodologiques

Séminaire Ressources – Atelier 4

Appréhender la diversité des représentations de la ressource environnementale : approches méthodologiques

Jeudi 14 Avril 2016,

14h00-16h00

18 rue Chevreul

Salle 604

Intervenants
Marie-Anne Germaine (géographe, Université Paris Ouest Nanterre, UMR 7218 LAVUE)Samuel Depraz (géographe, Université Lyon 3, UMR 5600 EVS)
Yves-François Le Lay
(géographe, Université Lyon 3, UMR 5600 EVS

Marie-Anne GERMAINE, Appréhender les représentations paysagères

Rarement placé au cœur des débats publics, le paysage constitue pourtant une ressource  environnementale intéressante pour comprendre les conflits qui s’expriment autour de la gestion écologique des territoires. L’affirmation des principes de restauration écologique dans le domaine de la gestion des rivières met spécialement en exergue la multiplicité des représentations que les différents acteurs en jeu (gestionnaires, agriculteurs, pêcheurs, défenseurs de la nature, propriétaires riverains, …) se font du paysage de la rivière et plus largement de la nature. Nous proposons de mêler analyse de la dimension matérielle des paysages (via la photographie ou la réalisation de blocs diagrammes notamment) et analyse des discours sur le paysage pour mieux appréhender et spatialiser ces représentations paysagères, et de discuter des moyens d’enquête et de restitution.

Yves-François LE LAY, Des barrages sous presse : les saumons plus forts que les humains ?

Deux barrages mis en service sur la Sélune (Manche) dans l’Entre-deux-guerres sont visés par un important projet de déconstruction qui suscite un débat public inachevé. Les uns soulignent que l’effacement des ouvrages transversaux favoriserait la ressource piscicole et notamment la migration des espèces migratrices ; les autres témoignent de leur attachement à une ressource paysagère, économique ou patrimoniale. A l’affût des événements dits newsworthy, la presse régionale a contribué à la publicisation d’attitudes contrastées relatives aux barrages et aux lacs de retenue. L’analyse textométrique d’un corpus de plus de 500 articles permet d’appréhender le jeu d’acteurs prenant part à la polémique, les hauts et les bas de la carrière du conflit ainsi que la diversité et la hiérarchie des enjeux territoriaux de la controverse. Il s’agira ainsi d’explorer les atouts et les limites d’une telle méthodologie pour explorer les composantes cognitive, affective et pré-comportementale des attitudes tenues à l’égard d’un dispositif technique.

Samuel DEPRAZ, Travailler l’acceptation sociale des espaces protégés

Les espaces naturels protégés peuvent être envisagés comme une ressource territoriale dans les différentes stratégies des acteurs du développement rural. A ce titre, ils suscitent des conflits d’intérêt et d’usage dans lesquels on retrouve plusieurs dimensions, tant économiques que politiques ou psychologiques. Le protocole méthodologique qui va être discuté ici propose de décomposer les attitudes des personnes interviewées afin de montrer cette diversité d’enjeux et de comprendre, plus généralement, la dimension plurielle des représentations sur un objet environnemental spatialisé.

Plus d’information : Yves-Francois.Le-Lay@ens-lyon.fr, samuel.depraz@univ-lyon3.fr

Séminaire : Pour une approche institutionnelle et territoriale des ressources : enjeux et perspectives

Séminaire Ressources – Atelier 4

Mardi 15 mars 2016,

14h00-16h00

18 rue Chevreul

Salle 604

Animation : Lise Bourdeau-Lepage et Anne Rivière-Honegger
Intervenante : Leila Kebir (EIVP/LabUrba)

Pour une approche institutionnelle et territoriale des ressources : enjeux et perspectives

      La question des ressources et en particulier des ressources territoriales fait l’objet depuis le début des années quatre-vingt de nombreuses recherches. Au cœur de l’innovation, terreau de différenciation et de compétitivité, les ressources territoriales ont très vite été identifiées comme un des leviers d’action possibles des acteurs du développement. Aussi, nombre de travaux ont porté sur l’identification des ressources-clés (savoir, patrimoine, etc.), les conditions d’émergence de ces dernières et des dynamiques d’acteurs associées. A ces travaux sont venues s’ajouter les préoccupations de rareté et de maintien des ressources qui ont également ouvert un champ de recherche en développement territorial. La présente contribution propose de revenir sur la notion de ressource et d’envisager un cadre conceptuel en permettant l’analyse. Elle propose également, sur la base de diverses recherches réalisées d’envisager les enjeux et les perspectives actuelles autour de cette notion et notamment la prise en compte de la relation producteur-consommateur.

Plus d’information : lblepage@gmail.com et honegger@club-internet.fr

Séminaire : Usages et préservation de l’eau : qu’est-ce qui fait la ressource et que fait-elle en retour ? Regards croisés entre juriste et urbaniste

Séminaire Ressources – Atelier 4

Usages et préservation de l’eau : qu’est-ce qui fait la ressource et que fait-elle en retour ? Regards croisés entre juriste et urbaniste

Mercredi 10 février 2016,

14h00-16h30

18 rue Chevreul

Salle 604

Animation : Anne Rivière-Honegger
Intervenants : Gaëtan Bailly (Institut du droit de l’environnement), Nina Cossais (EVS)

 

Ce séminaire vise à porter un regard croisé interdisciplinaire à partir de la présentation de deux sujets de thèse et de leurs questionnements. La thèse de Gaëtan Bailly est consacrée aux usages traditionnels de l’eau saisis par le droit positif de l’environnement. De son côté, Nina Cossais s’intéresse, dans le cadre d’une thèse CIFRE en urbanisme au Grand Lyon, aux problématiques d’entretien des dispositifs de gestion à la source des eaux pluviales.

Au travers des thèses présentées, il s’agira notamment de croiser les regards sur les notions de ressource et d’usage : l’eau comme ressource matérielle pour les habitants du territoire, les industries, la flore et la faune ; l’évolution des techniques, les Hommes, leurs compétences, leurs savoir-faire, leurs trajectoires professionnelles, les cultures professionnelles comme ressource immatérielle pour la collectivité. Quelles sont les menaces qui pèsent sur ces différentes ressources ? Faut-il les protéger, les préserver, et de quelle façon ? Penser la ressource matérielle en contexte de changement rapide passe-t-il nécessairement par une adaptation des ressources immatérielles ?

Gaëtan Bailly – les usages traditionnels de l’eau saisis par le droit positif de l’environnement

Il nous faudra premièrement s’appesantir sur la pluralité de sens que peut renfermer le terme d’ « usage ». Il s’agit d’abord de l’action d’ « user », d’utiliser, de se servir de. Mais il s’agit également d’un concept juridique qualifiant une source de droit fondée sur la constance, la généralité et l’acceptation d’une pratique comme règle de droit. Un raisonnement circulaire peut alors être développé : l’usage au sens de pratique, entraîne une nécessaire solidarité entre les usagers de la ressource. Cette solidarité, qui soude une communauté d’usagers induit l’application de règles, celles-ci se forgeant au fil du temps et de l’évolution des pratiques, devant ainsi des « usages » au sens juridique qui, à son tour, contraint les « usages » de la ressource. Ces règles sont dès lors le fruit de l’observation de l’état de la ressource et de l’adaptation des hommes aux nouvelles contraintes auxquelles ils peuvent être confrontés dans les usages de cette ressource. Elles sont adaptables, mais sont surtout issues de la pratique des usagers et en cela diffèrent de la réglementation imposée par une autorité administrative ou législative : on parle de droit spontané. Ce dernier a dès lors pour fonction de consacrer l’eau comme ressource naturelle qu’il s’agit de préserver, et de conditionner son exploitation selon des contraintes extérieures (environnementales, sociales ou économiques). Au premier rang des contraintes pesant sur la ressource et es usagers se trouvent les impératifs environnementaux : la pollution des eaux, et plus généralement la dégradation de la biodiversité tant aquatique que terrestre, ou encore plus globalement, l’érosion des milieux naturels. Ainsi, les règles applicables doivent permettre la durabilité des pratiques anthropiques face à la tension qui existe entre la nécessaire préservation de la ressource et son exploitation.

Nina Cossais – entretien des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales : évolution des pratiques, des cultures professionnelles et des identités.

La gestion dite « alternative » (au tout réseau) des eaux pluviales vise à compenser l’imperméabilisation des sols due à l’urbanisation en limitant les quantités d’eau acheminées dans le réseau d’évacuation public. Retenir l’eau de pluie au plus près de là où elle tombe, et si possible l’infiltrer dans le sol, permettent de limiter les rejets des réseaux unitaires saturés vers les milieux récepteurs. Dans un contexte de changement climatique et de menace sur l’approvisionnement futur en eau potable, les eaux pluviales, jusqu’ici nuisance, deviennent une ressource. Développées depuis une quarantaine d’années en France par des collectivités pionnières, les techniques alternatives, comme les noues, tranchées, bassins, puits et les chaussées poreuses ou réservoir, sont désormais adoptées par un grand nombre de collectivités. Pourtant, des difficultés persistent. D’ordre technique, organisationnel,  économique et social, elles sont notamment liées à la sectorisation et la spécialisation des professionnels de la ville qui ont accompagné la mise en place des réseaux au XXème siècle, et à l’incompatibilité et l’inertie des environnements urbains existants. Les difficultés organisationnelles ne sont pas propres à la gestion des eaux urbaines. Le Grand Lyon dispose des compétences complètes pour l’aménagement et l’entretien des voiries et des espaces publics mais pas de celles liées aux espaces verts. La question de l’entretien des noues heurte notamment les répartitions habituelles de gestion du fait de leur double fonction d’espace vert et d’ouvrage de compensation de l’imperméabilisation des voiries. Pour autant, les premiers échanges avec les égoutiers, leur hiérarchie, et la littérature concernant la « révolution » des services des espaces verts autour de la gestion intégrée[1] et de la politique « zéro phyto » laissent supposer d’autres causes, à la fois plus culturelles et plus individuelles, et sur lesquelles il semble encore plus complexe d’agir. Ainsi les changements de pratiques semblent générer, chez certains jardiniers comme chez certains égoutiers, un questionnement qui pourrait s’apparenter à un malaise voire à une remise en cause de leur identité propre : qu’est-ce qu’un « travail bien fait » ? qu’est-ce qui fait de moi un « bon égoutier » ou un « bon jardinier » ?

[1] Dans une politique de gestion différenciée, les espaces sont traités en fonction de leur localisation et de leur usage. Un « code qualité » allant de zéro à six définit la nature et la fréquence des interventions (voir l’article de Marie-Jo Menozzi, « Mauvaises herbes », qualité de l’eau et entretien des espaces, paru dans Natures Sciences Sociétés en 2007)
Plus d’information : honegger@club-internet.fr

Séminaire : Ressources

Séminaire Ressources – Atelier 4

Jeudi 28 janvier 2016,

10h00-12h00

EMSE, 158 cours Fauriel

Salle C1.15

Animation : Natacha Gondran
Intervenants : Anastasia Wolff, Hervé Chapuis

Responsabilité sociétale : Quelles contributions des Entreprises à la Protection et à la Valorisation de la Biodiversité ? (Anastasia Wolff)

      Dans un contexte de dégradation continue de la biodiversité, de nouveaux acteurs sont appelés à contribuer aux efforts de conservation. Les attentes exprimées vis-à-vis des entreprises sont fortes, mais le potentiel de contribution des entreprises au-delà de leurs obligations réglementaires, dans le cadre de leur responsabilité sociétale (RSE), n’est pas évident. Les entreprises exercent de multiples pressions sur la biodiversité à travers leurs opérations, leurs approvisionnements et leurs produits et sont également dépendantes de services écosystémiques. Les entreprises cherchent à définir leur stratégie face à cet objet complexe, identifié comme un sujet émergent. Nous faisons l’hypothèse que l’imputabilité de la responsabilité des impacts, l’intégration des pressions indirectes exercées par la chaîne de la valeur dans laquelle l’entreprise s’inscrit et une vision synthétique des attentes sociétales à une échelle pertinente pour une organisation, sont des préalables à une contribution significative des entreprises à la conservation de la biodiversité.

Méthodologie d’approche des processus hydrologiques (Hervé Chapuis)
La thèse consiste à étudier les échanges entre une rivière et sa nappe phréatique au sein d’un hydrosystème karstique. Cette recherche se réalise à travers plusieurs disciplines scientifiques telles que la géologie, l’hydrologie, la géochimie, la biologie ainsi que par l’étude d’images infrarouges thermiques. Du fait qu’il y ai différentes approches scientifiques, le travail consiste à confronter les résultats de ces dernières afin d’analyser s’ils convergent ou divergent afin d’en obtenir une interprétation, et s’ils divergent, en expliquer les raisons. Le résultat final consiste à trouver une synergie entre toutes ces applications afin d’obtenir une méthode et un modèle permettant de caractériser correctement les échanges nappe/rivière en milieu karstique.

Plus d’information : Natacha.Gondran@emse.fr