Café fluvial : « Catchment connectivity, channel dynamics and healthy rivers »

Le mardi 19 juin prochain, Ian Fuller, professeur de géographie physique à la Massey University en Nouvelle-Zélande,
animera un café fluvial au cours duquel il nous parlera de continuité et de cascade sédimentaires, et de ses implications pour la gestion des rivières, à partir d’exemples pris en Nouvelle-Zélande.

Sa présentation portera sur :

« Catchment connectivity, channel dynamics and healthy rivers« 

Ian nous rejoint pour la conférence IS Rivers et restera parmi nous au laboratoire EVS jusque vers le 6 juillet.

Rendez-vous à 14h à l’ENS de Lyon (15 parvis René Descartes, 69007 Lyon), en salle D4.235 (anciennement bâtiment recherche, salle R230) pour l’écouter et échanger avec lui sur ses travaux.

Veuillez trouver en pièce jointe un résumé, ainsi qu’un plan d’accès.
Café fluvial Ian Fuller ; Accès

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux,

L’équipe Cafés fluviaux,

Anne-Lise Boyer
Samuel Dunesme
Jérémie Riquier
Christophe Rousson

Contact : cafesfluvio@yahoo.com

Café fluvial : « Changing Hydrology and Sediment Transport in the Mekong River: Implications for the Ecosystem and the Delta »

Le mardi 12 juin, Chantha Oeurng et G. Matt Kondolf animeront un café fluvial au cours duquel ils nous parleront du delta du Mekong et des impacts sur les écosystèmes fluviaux causés par les pressions anthropiques et les modifications de l’hydromorphologie qu’elles induisent.

Leur présentation portera sur :

« Changing Hydrology and Sediment Transport in the Mekong River: Implications for the Ecosystem and the Delta« 
Rendez-vous à 14h à l’ENS de Lyon (15 parvis René Descartes, 69007 Lyon), en salle D4.235 (anciennement bâtiment recherche, salle R230) pour les écouter et échanger avec eux sur ses travaux.
Veuillez trouver en pièce jointe un résumé, ainsi qu’un plan d’accès.

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux,

L’équipe Cafés fluviaux,
Anne-Lise Boyer
Samuel Dunesme
Jérémie Riquier
Christophe Rousson

Séminaire Atelier 4: Diversité et ambiguïtés de la ressource patrimoniale

Séminaire 5 juin 2018 à 14h, salle LR4 au Campus Tréfilerie, UJM Saint Etienne

Diversité et ambiguïtés de la ressource patrimoniale

  • Georges GAY, Professeur Université Jean Monnet

C’est au cours des années 90 que le patrimoine est devenu un objet de recherche pour les géographes alors qu’il était auparavant essentiellement travaillé par les historiens et les ethnologues. Cet investissement des géographes correspond à un changement de point de vue qui glisse de l’objet patrimonial aux processus de patrimonialisation. Ce faisant, cette démarche va au-devant d’une demande sociale qui sollicite le patrimoine comme antidote aux incertitudes du présent. Dans cette perspective, la patrimonialisation est une composante souvent incontournable des politiques de développement qu’elles soient le fait des « villes entrepreneuriales » ou des territoires orphelins, construisant le patrimoine comme une ressource dont la diversité est à la mesure de l’inflation chronologique, typologique et spatiale qui s’en est emparé dans les dernières décennies. Le séminaire a donc pour objectif d’explorer cette diversité, dans le prolongement des questionnements ouverts par le séminaire du 26 avril de l’atelier 2. Il se propose d’en interroger aussi les ambiguïtés car patrimoine choisi ou patrimoine subi, patrimoine positif ou patrimoine négatif, patrimoine de dominants ou patrimoine de dominés, la ressource patrimoniale est loin de s’abriter sous un statut unique qui en ferait un indiscutable bien commun…

  • Clémentine PERINAUD, Doctorat de géographie-aménagement – Université Jean Monnet

 Titre – Entre négation et réinvention sélective du patrimoine industriel : le cas de l’ancienne ville-usine de Terrenoire (quartier de Saint-Etienne)

Dans nombre d’anciennes villes-usines en reconversion, le patrimoine industriel est envisagé comme un levier important de la revalorisation territoriale. A ce titre, le quartier de Terrenoire (Saint-Etienne) présente une situation territoriale singulière. Cette ancienne ville-usine est caractérisée par l’absence de politiques patrimoniales fortes, malgré l’existence d’un héritage industriel important et diversifié, principalement constitué suite au développement de la Compagnie de Terrenoire (1821-1889). Cette communication souhaite mettre en évidence les processus qui concourent à inscrire l’héritage de la ville industrielle terranéenne dans un horizon incertain, à la fois du point de vue de sa reconnaissance chez les habitants et de sa prise en compte par les pouvoirs publics.

Dans la désindustrialisation, le quartier a connu une conversion résidentielle qui s’est associé à un processus d’invisibilisation de son caractère industriel. Une enquête menée entre avril et décembre 2017 a ainsi montré la prédominance d’une absence de considération du patrimoine industriel chez les habitants au profit d’autres modalités de valorisation : proposer un espace résidentiel de qualité et abordable dans un environnement de nature. Les pouvoirs publics ont accompagné l’effacement des traces de la ville industrielle au travers d’une politique active de démolition des bâtiments d’usines entre le milieu des années 1990 et le milieu des années 2000, au nom de l’urgence de la reconversion du quartier. L’héritage de la ville industrielle reste aujourd’hui perçu par les acteurs municipaux comme une contrainte matérielle et symbolique.

La banalisation de la ville-usine se lit ici dans le rapport devenu confidentiel aux lieux de la ville industrielle, dans un quartier plus ordinaire. Nous assistons cependant à un mouvement fragile de mise en patrimoine du quartier, pour partie spontané au travers de la reconnaissance par certains groupes habitants de « signatures », matérielles et symboliques, renvoyant à un « vécu proprement terranéen ». Nous observons également la reconstruction d’un projet de quartier fondé sur la valorisation de « l’écrin vert » terranéen qui tend à réinvestir certains lieux de la ville-usine sans cependant considérer ou même connaitre l’histoire industrielle qui y est attachée. Cette situation questionne l’opportunité d’une reconnaissance institutionnelle d’éléments hérités de la ville-usine en réponse à un risque de banalisation et de dévalorisation exprimé par la plupart des habitants enquêtés.

  • Pierre-Antoine Chabriac, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne

Suite à la grande crue du Rhône de 1856 qui toucha durement le quartier de la Guillotière à Lyon, détruisant un grand nombre de constructions en terre crue (1185 maisons détruites, 448 partiellement détruites et 200 avec des avaries) et faisant se retrouver 10 000 habitants sans logement, le maire-préfet Vaïsse publia dans les semaines suivantes un arrêté interdisant la technique du pisé de terre crue dans l’ensemble de l’agglomération lyonnaise. Devant la nécessité de construire des logements rapidement et peu onéreux (dans le contexte de la révolution industrielle), se développa alors la technique du pisé de mâchefer. Résidu solide provenant de la combustion de la houille, le mâchefer est broyé puis mélangé à de la chaux et sa mise en œuvre est identique à celle du pisé de terre crue (damage entre des banches pour des murs monolithiques de 50 cm d’épaisseur en moyenne). Matériau peu onéreux et disponible en très grande quantité, le mâchefer comme matériau de construction se répandit rapidement, jusque dans les années 1950, à tel point que des architectes de renom l’utilisèrent pour de grands projets. On peut par exemple citer Tony Garnier pour la Cité des Etats-Unis à Villeurbanne ou encore le premier stade Gerland.

Blocs agglomérés de béton de mâchefer

Les bâtiments en mâchefer sont donc légion entre Lyon et Saint-Etienne et dans toute la Vallée du Gier. Or, si les bâtiments en mâchefer représentent des dizaines de milliers de logements, ce matériau reste peu connu scientifiquement compliquant ainsi la réhabilitation dans le contexte actuel de rénovation énergétique. Ses caractéristiques physico-chimiques, son comportement potentiellement hygrothermique, son impact sur la santé, les principes architecturaux, sociologiques et économiques sous-jacents à ce mode constructif sont autant d’inconnues à ce jour.

Les recherches menées dans cet atelier tentent alors de lever ces verrous scientifiques qui favoriserait la réhabilitation de ces constructions en lieu et place de leurs destructions, faute de connaissance, et permettrait alors de sauvegarder un patrimoine architectural local riche et une tranche d’histoire importante de la région.

  • Essaid Bilal École des Mines de Saint Étienne

Mâchefer comprendre pour entreprendre

L’objectif de notre étude est de comprendre les transformations induites par la circulation de fluides dans les bétons mâchefers, qui conditionnent leur dégradation ou leurs propriétés d’usage. Il faut aussi déterminer l’interaction des mâchefers avec les liants (chaux hydraulique ou ciment) utilisés lors de l’élaboration du Béton mâchefer.

Nous sommes en cours de développer une méthodologie d’identification des interactions des mâchefers avec leur environnement. Nous présenterons une étude préliminaire de la dégradabilité des mâchefers dans l’environnement stéphanois.

WORKSHOP USUMACINTA

3ème conférence internationale

Recherches et actions au service des fleuves et grandes rivières

Le projet de recherche VAL-USES (ANR-CONACYT), associant des chercheurs français et mexicains, débute pour trois ans dans le bassin versant du fleuve Usumacinta. Ce territoire, complexe et vulnérable, lieu de rencontre de multiples activités humaines, est très exposé aux changements économiques et environnementaux. Dans le projet, il sera abordé par l’une de ses composantes, essentielle pour le fleuve comme pour les humains, mais aujourd’hui méconnue : les sédiments. Ce workshop propose d’investir  scientifiquement les différentes facettes du bassin versant, pour une vision globale du territoire. Cette étape permettra le partage de connaissances entre chercheurs français et mexicains et amorcera la progression vers des analyses plus fines, centrées sur les enjeux propres aux sédiments. D’un point de vue méthodologique, l’objectif sera d’échanger sur les outils et protocoles retenus, dans la  perspective d’un travail interdisciplinaire.

The VAL-USES project (ANR-CONACYT), joining French and Mexican researchers, starts for three years in the Usumacinta watershed. Within this complex and vulnerable territory, many different human activities interact. Economic and environmental changes highly impact this socio-ecosystem. The VAL-USES project will focus on one special component of the river, essential for the ecosystem as for humans: sediments. This workshop will  scientifically investigate the different aspects of the Usumacinta watershed, for a global approach of the territory. This first step will allow French and Mexican researchers to share their knowledge and to move forward to more specialized studies, focused on sediments. From a methodological point of view, the goal will be to exchange tools and experimental protocols, to build an interdisciplinary research work.

Nombre de participants attendus : 40 personnes
Horaires : 8h30-12h / 13h30-17h30
Tarif d’inscription : 60 € / personne
Langue : français et anglais

Le programme est ici

Café fluvial : Flood risk management around the globe: comparing approaches in the US and the EU

Le lundi 14 mai 2018, Anna Serra-Llobet, chercheuse à l’Institute of International Studies (UC Berkeley) et à l’Institut d’études avancées (IMéRA, Université Aix-Marseille), animera un café fluvial au cours duquel elle nous présentera les travaux qu’elle mène. Sa présentation portera sur :

« Flood risk management around the globe: comparing approaches in the US and the EU« 

Anna est présente au laboratoire EVS depuis le mois de septembre 2017, et sera parmi nous jusque fin juin 2018.

Rendez-vous à 14h à l’ENS de Lyon (15 parvis René Descartes, 69007 Lyon), en salle D4.235 (anciennement bâtiment recherche, salle R230) pour l’écouter et échanger avec elle sur ses travaux.

Veuillez trouver en pièce jointe un résumé, ainsi qu’un plan d’accès.

Café fluvial ; Accès

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux,

 L’équipe Cafés fluviaux,
Anne-Lise Boyer
Samuel Dunesme
Jérémie Riquier
Christophe Rousson*

Séminaire 24/05/2018 : Cycle hydrosocial et présence du sacré

Etude des processus de politisation du fleuve Gange dans le conflit autour de la zone protégée « Gaumukh-Uttarkashi Eco-sensitive Zone »

Flore Lafaye de Micheaux, doctorante Université de Lausanne, Institut de Géographie et de Durabilité

Le jeudi 24 mai de 14h à 16 h00 en salle 604, 18 rue Chevreul, Lyon 7ème.

La zone protégée « Gaumukh-Uttarkashi Eco-Sensitive Zone » aux sources du Gange dans la région himalayenne du Garhwal (Inde) a été notifiée en décembre 2012 par le ministère de l’Environnement et des Forêts. Cette décision semble relever d’une politique classique de conservation visant à protéger une zone « pristine » contre le développement d’activités humaines potentiellement destructrices. Pourtant, si l’on étudie les processus politiques précédant et suivant cette décision, le caractère sacré pour les Hindous de cette section du fleuve Bhagirathi a joué un rôle significatif dans cette trajectoire, qui se révèle heurtée et à rebonds. Des coalitions pro- et anti- barrages hydroélectriques se sont constituées depuis 2006-2007, mobilisant des arguments qui mêlent des grandeurs de natures différentes. Une dimension ontologique spécifique a notamment imprégné les motivations et les stratégies politiques de certains acteurs. Nous chercherons ainsi à analyser comment la présence du sacré marque le « cycle hydrosocial » dans le contexte de ce conflit environnement/développement.

 

Café fluvial : Mapping, monitoring and modelling fluvial connectivity and river processes at the network scale

Le jeudi 14 décembreSimone Bizzi et Barbara Belletti viendront nous présenter les travaux qu’ils mènent dans le cadre de leurs post-doctorats autour d’une communication intitulée :

« Mapping, monitoring and modelling fluvial connectivity and river processes at the network scale »

Rendez-vous le jeudi 14 décembre à 13h30 à l’ENS de Lyon (15 parvis René Descartes, 69007, Lyon), en salle D4.235 (anciennement bâtiment Recherche, salle R230) pour les écouter et discuter avec eux de leurs travaux.

Veuillez trouver en pièce jointe, une présentation de leur communication, ainsi qu’un plan d’accès.

Café fluvial ; Accès

En espérant vous voir nombreux,

L’équipe Cafés fluviaux,

Anne-Lise Boyer
Samuel Dunesme
Gary Lardaux
Jérémie Riquier

Séminaire : Gérer les ressources naturelles. Quels modes de gestion adopter ?

Séminaire Atelier 4

« Gérer les ressources naturelles. Quels modes de gestion adopter ? »

Vendredi 1er décembre 2017

14h à 17h

Salle Dugas 33

7 rue Chevreul, 69007, Lyon

A travers différents exemples, les étudiants du Master 2 Géosystèmes environnementaux et gestion de l’environnement vous présenteront plusieurs modes de gestion des ressources naturelles. Chaque intervention sera suivie d’un débat auquel nous vous invitons à participer.

Séminaire : La protection et la valorisation des sédiments en France et au Mexique. Approche pluridisciplinaire

Résultat de recherche d'images pour "institut droit environnement"

Séminaire atelier 4 et Institut de droit sur l’environnement (IDE)

« La protection et la valorisation des sédiments en France et au Mexique. Approche pluridisciplinaire »

Vendredi 6 octobre 2017

9h30 à 17h00

Salle Caillemer, Université Jean Moulin Lyon 3

15, quai Claude Bernard, 69007 Lyon

Les cours d’eau ont besoin des processus sédimentaires, qui modèlent le paysage et diversifient les habitats, pour atteindre un fonctionnement équilibré. Ces processus ont plusieurs origines : l’érosion des sols du bassin versant, l’érosion du lit en amont du cours d’eau et l’érosion des berges provoquées par la force du courant. Ces matériaux solides seront tous lentement conduits à l’aval par le cours de l’eau, à moins de se trouver piégés ou ralentis par des barrières naturelles ou humaines. Concernant ces dernières, les activités susceptibles d’interrompre la progression des sédiments vers l’aval d’un cours d’eau sont, notamment, l’exploitation des carrières et des mines et l’implantation de barrages (production d’électricité, irrigation).

Si la connaissance de ces phénomènes dynamiques rythmant l’évolution des cours d’eau est assez fine dans les disciplines telles que la géographie physique, l’écologie ou l’hydrologie, l’appréhension que peuvent en avoir les sciences sociales est moins développée. En droit, les études nationales ou comparatives ayant comme objet spécifique la protection et la gestion des sédiments sont inexistantes. Certes, le droit de l’eau français, par son approche globale des milieux aquatiques s’applique aux sédiments. La planification des usages de l’eau, la réglementation des activités humaines portant atteinte aux milieux aquatiques intègrent les sédiments comme une composante du cours d’eau. Il apparaît toutefois pertinent d’explorer cet ensemble normatif par le biais des sédiments, afin de mesurer si les processus inhérents à la vie d’un cours d’eau constituent des objets juridiques. En d’autres termes, le droit de l’eau est-il capable d’appréhender et de protéger les processus sédimentaires ? La législation environnementale a-t-elle intégré la nécessité de protéger le bon déroulement du transport naturel des sédiments et prend-elle en compte la continuité écologique du cours d’eau ? Sur cet enjeu, une approche comparée permettra de mettre en évidence les retards ou les avancées respectifs des différents modèles juridiques étudiés.

Le programme détaillé de la journée est disponible ici.

Séminaire : Les aires protégées à Madagascar, dernier rempart de la biodiversité résisteront-elles aux nouvelles vagues de migrations internes ?

Séminaire ateliers 4 et 5

« Les aires protégées à Madagascar, dernier rempart de la biodiversité résisteront-elles aux nouvelles vagues de migrations internes ? »

Présenté par Samuel Razanaka*, chercheur au CNRE
Professeur invité par Lyon3

9 octobre 2017 – 10h

Salle 604 – 18 rue Chevreul, 69007

A Madagascar la création des aires protégées amorcée depuis les années 1920, a été renforcée vers les années 2000. Cette mesure semble être la solution idéale pour préserver sa biodiversité, reconnue parmi la trentaine de Hotspots mondiaux. Les difficultés liés au changement climatiques du grand sud de Madagascar, et la pauvreté des populations qui en découle, ont poussés des groupes de gens à adopter des stratégies foncières, ils quittent par vague leur zone d’origine pour se déplacer vers les régions plus au nord : Menabe et de Boeny dans l’ouest et le nord-ouest de l’ile, pour la pratique de défriche-brûlis pour la culture de maïs et de d’arachide ou de lentille, pour l’exportation.

Les impacts de cette migration sur les écosystèmes des zones d’accueils sont alarmants, perte importante de surface forestière, dégradations des ressources. Les aires protégées situées dans ces zones se trouvent ainsi fortement menacées. La maîtrise et le contrôle du flux migratoire est très important pour assurer la viabilité des aires protégées dans ces
zones .

Mots-clés : aire protégée, biodiversité, pauvreté, migration, changement climatique, défriche-brûlis, culture pour l’exportation.

*Samuel Razanaka, chercheur au CNRE (Centre National de Recherches sur l’Environnement : http://cnre.recherches.gov.mg/ ), une institution rattachée au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique à Madagascar, sera présent à l’Université Lyon3 et au sein de l’UMR EVS, sur la période de 20 septembre au 20 octobre 2017, au titre de professeur invité.

Colloque : La place du droit coutumier en Dombes aujourd’hui

genevieveromier (CC BY 2.0)

 

 

Colloque : La place du droit coutumier en Dombes aujourd’hui

Lyon, 4 octobre 2017 – Amphi Doucet-Bon, 18, rue Chevreul

Contexte : Depuis le XIIème siècle, le territoire de la Dombes (01) a été aménagé par l’homme de façon à permettre l’exploitation de la ressource en eau qui y est omniprésente. Un vaste réseau hydrographique a été créé autour de quelques 1 100 étangs. Leur exploitation s’est accompagnée de l’édiction de règles non écrites. L’usage de l’eau est donc aujourd’hui réglementé par ces normes ancestrales, mais subissent également les fortes contraintes des mutations sociales et du droit contemporain.

Objectif de la journée : A la suite d’un projet de recherche (2015-2016) qui permis de mettre en évidence un certain nombre d’enjeux tant juridiques que pratiques liés à l’application de la coutume locale, le but est de démontrer que le droit coutumier de Dombes, inscrit dans le « Truchelut » depuis 1881, dispose toujours d’une force normative sur ce territoire. Il est cependant nécessaire d’exposer ses évolutions matérielles, ainsi que la nécessaire adaptation de son statut juridique.
En définitive, cette journée se propose dans un premier temps d’analyser les difficultés actuelles que connaît l’application du droit coutumier en Dombes, afin, dans un deuxième temps, de présenter les propositions qui ont été faites dans le but de les dépasser.
Les enjeux de ces travaux sont importants à au moins deux égards. D’une part, d’un point de vue juridique et de la théorie du droit, il s’agit de montrer la persistance d’une source de droit originale dans l’ordonnancement juridique actuel. D’autre part, la réflexion juridique constitue un support pour la pérennisation de pratiques agricoles qui intègrent le patrimoine d’un territoire de notre région.

Pluridisciplinarité : La réflexion juridique, tant sur les règles applicables que sur leur forme, ne peut se départir d’une analyse des phénomènes historiques et sociaux qui ont façonné le territoire de la Dombes au cours des siècles. Ce constat rend donc nécessaire d’intégrer à cette journée, les interventions de chercheurs en Sciences humaines et sociales autres que le droit.

Les nouvelles dynamiques juridiques proposées tireront leur légitimité et leur efficacité de l’analyse du donné social local. En outre, une réflexion portant sur l’application d’un droit spontané local doit être ancrée dans le réel et nécessite donc l’éclairage des praticiens locaux du droit, et les représentants des filières professionnelles locales. À ce titre, certains d’entre eux seront invités à partager leurs expériences et leurs analyses des enjeux pesant sur ce territoire.

Programme provisoire :

Ouverture

8h30 Accueil des participants
9h Introduction du Colloque
Mot d’accueil : Doyen Fac de droit / Dir. EVS / Dir. École Notariale
Présentation des enjeux pour la Dombes D. Abad (président CD 01). J.L. Payet-Pigeon (VicePrésident Syndicat des Etangs). F. Guillemin (membre APPED). (Agence de l’eau RMC ?)
Présentation du projet et de la journée de débats par le directeur scientifique : Ph. Billet + l’animateur du projet : G. Bailly

 

Première partie : Contexte historique et sociologique

Présidence de session : Jean Untermaier

De la pratique au besoin de normativité : la nécessité d’une régulation juridique en territoire rural

9h30 André Buisson : présentation du territoire de la Dombes et des étangs : évolutions historiques et émergence des usages
10h30 L’exploitation de l’eau sous tension Vanessa Manceron : La construction d’une communauté de l’eau
10h50 Me Jean-Jacques Contassot (huissier de justice) : Une société locale sous tension : histoire récente des contentieux locaux

  • Questions avec la salle (10min)
  • Pause (15 min)

 

Deuxième partie : La complexité du droit applicable en Dombes

Présidence de session : Anne Honegger

1. La place et le rôle de la coutume dans les sources normatives

11h45 Pascale Deumier : La coutume d’hier à aujourd’hui, une source de droit persistante
12h05 Jean Untermaier : Droit coutumier et environnement, une mise en valeur originale de l’écosystème
12h25 Stéphane Verthuy DDT : La protection réglementaire de l’environnement dombiste et la coutume, un conflit normatif ?

  • Questions avec la salle (10min)
  • Pause méridienne : 1h30

2. Propriété et gestion collective d’une ressource naturelle commune

14h00 (intervenant à confirmer) Les incidences locales de la patrimonialisation de l’eau dans la loi sur l’eau de 1992
14h20 Philippe Billet : La patrimonialisation des services rendus par la ressource en eau.

  • Questions avec la salle (15 min)
  • Pause 15min

 

Troisième partie : Le besoin de nouvelles dynamiques normatives en Dombes aujourd’hui

Présidence de session : Philippe Billet

1. Enjeux contemporains : Une inévitable et nécessaire évolution du droit applicable

14h50 Sylvain Bernard (Conseiller Piscicole CA 01) et F. Ballandras (Président APPED, pisciculteur) La modernisation des pratiques dans l’exploitation de la ressource et des étangs
15h10 Me Carole Guyard (Avocate, à confirmer) L’absence de mise en œuvre optimale du droit coutumier : les difficultés d’invocation de la coutume devant le juge de droit commun

  • Questions avec la salle (10min)

2. Propositions d’évolution

15h30 : Du droit coutumier à la contractualisation du droit spontané local

Table ronde :
Présentation du rapport et des propositions formulées par G. Bailly. Discussion des conclusions avec S. Mérieux (Président Syndicat des Etangs) ; Notaires (Me Rassion, à confirmer); M. Didat, (juriste CA01), M. Benmergui (ONCFS)

17h15 : Conclusions et fin de la journée

17h30 : Remise officielle du rapport d’étude aux financeurs suivi d’un buffet Dombiste

Séminaire interne « Des polluants dans la ville. Construction et perception : différentes approches au sein d’EVS »

Séminaire interne organisé par les ateliers 3 et 4.

Lieu et date : mardi 7 février 2017 à partir de 14h. La séance aura lieu en salle 604, 18 rue Chevreul, 69007 Lyon. 

Ce séminaire a pour objectif de confronter différentes approches de la pollution dans les villes développées au sein d’EVS. Ces approches intéressent les processus de contamination et leur perception par les urbains. Elles mobilisent des cadres d’analyse particuliers et sont souvent mises en œuvre à l’occasion de programmes pluridisciplinaires, qui relèvent de recherches-action ou de recherches appliquées et qui intègrent des chercheurs en sciences pour l’ingénieur et en sciences pour l’environnement ainsi que des collectivités territoriales. Le séminaire aura pour objectifs de discuter des cadres d’analyse mobilisés et des résultats produits. Il permettra aussi de revenir sur les questions d’anthropisation en lien avec les pollutions urbaines et sur les situations de recherche pluridisciplinaires pour analyser ces processus.

Programme :

14h00-17h00 : interventions

Emeline Comby, Nina Cossais, Marylise Cottet, Anne Honegger, « Micropolluants et eaux pluviales urbaines. Caractérisation des représentations des micropolluants et des dispositifs techniques par différents niveaux d’acteurs décisionnels (Métropole de Lyon)

Cyrille Harpet, Anne-Claire Maurice, « Résidus de médicaments dans les eaux : rôle des dispositifs techniques et pratiques du soin, de la prescription à « l’élimination » »

Jingyi Hao, Claire Mandon, Jean-Yves Toussaint, Sophie Vareilles, « Activités sociales et pollutions urbaines. Analyse sociotechnique du bassin versant Django Reinhardt à Chassieu (69) »

17h00-18h00 : discussion

Faire travailler les différentes approches entre elles ?

Des situations de recherche pluridisciplinaire pour quoi faire ?

Quels rapports à l’action ?

 

Plus d’informations sur ce séminaire sur le blog de l’atelier : https://atelier3.hypotheses.org/98

Séminaire EVS/EMSE consacré à l’atelier 4

Le séminaire EVS/EMSE du mois de février sera consacré à l’atelier 4.
Il aura lieu le jeudi 2 février, à 14h30, en salle E1.11 du bâtiment historique, 158 cours Fauriel de l’EMSE (Ecole des Mines de Saint-Etienne).
Seront présentés les travaux de Fayssal Boucheikhchoukh (potentialités géothermiques de l’aquifere minier stephanois ) et de Maximilien Brossard (Outil d’aide à la décision pour la définition de stratégies de rénovation du parc bâti stéphanois)

Outil d’aide à la décision pour la définition de stratégies de rénovation du parc bâti stéphanois, Maximilien Brossard :
L’objectif des recherches présentées vise à contribuer au développement d’une méthodologie et d’un outil permettant d’apporter aux commanditaires (collectivités locales et/ou leurs mandataires) des éléments d’aide à la décision afin d’établir les priorités d’action et un ciblage des décisions en lien avec la rénovation énergétique du parc bâti de St-Etienne.
Il s’agit plus particulièrement de développer une interface d’analyse du parc de bâtiments au travers d’une approche quantitative et qualitative. Cette analyse intègre les éléments physiques, urbanistiques et sociaux des bâtiments.
L’objectif est de produire un outil dynamique, au format Web SIG, permettant de visualiser, de caractériser et d’évaluer sur le territoire stéphanois, le potentiel de rénovation du parc de bâtiments à différentes échelles (parcelle, quartier, IRIS, …).

Pour plus d’informations merci de contacter Natacha Gondran (natacha.gondran@emse.fr)