Archives de catégorie : Séances d’atelier

Café fluvial : ” The geomorphic effect of floods: outcomes from a European meta-analysis on channel widening and the environmental flows in the Spöl River (Switzerland) “

Le mardi 9 avril 2019, nous accueillerons Virginia Ruiz-Villanueva, chercheuse à l’Institut de Sciences Environnementales de l’Université de Genève, pour un nouveau Café fluvial. Elle nous présentera ses travaux au cours d’une présentation intitulée :

“The geomorphic effect of floods: outcomes from a European meta-analysis on channel widening and the environmental flows in the Spöl River (Switzerland)”

Rendez-vous à 15h à l’ENS de Lyon (15 parvis René Descartes, 69007 Lyon), en salle D4.235 (anciennement bâtiment recherche, salle R230) pour l’écouter et échanger avec elle sur ses travaux. Veuillez trouver en pièce jointe un résumé, ainsi qu’un plan d’accès.

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux,

L’équipe Cafés fluviaux,
Anne-Lise Boyer
Samuel Dunesme
Baptiste Marteau
Christophe Rousson

Contact : cafesfluvio@gmail.com

Café fluvial : ” Gestion sédimentaire de la Garonne amont “

Le mardi 19 février 2019, Théo Bulteau nous présentera ses travaux de thèse sur La gestion sédimentaire de la Garonne amont.

Rendez-vous à 14h00 à l’ENS de Lyon (15 parvis René Descartes, 69007 Lyon), en salle D4.235 (anciennement bâtiment recherche, salle R230) pour l’écouter et échanger avec lui sur ses travaux.

Veuillez trouver en pièce jointe un résumé, ainsi qu’un plan d’accès.

Café fluvial Théo Bulteau Accès

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux,

L’équipe Cafés fluviaux,
Anne-Lise Boyer
Samuel Dunesme
Baptiste Marteau
Christophe Rousson

Contact : cafesfluvio@gmail.com


conférence de Mme Virginie Maris, philosophe

L’Institut de droit de l’environnement (CNRS – UMR 5600 – EVS-IDE) et la Faculté de Philosophie de Lyon 3 ont le plaisir de vous convier à la conférence de Mme Virginie Maris, philosophe, autour de son ouvrage “La part sauvage du monde. Penser la nature dans l’Anthropocène” (éd. Le Seuil 2018, coll. “Anthropocène”).

Les débats seront animés par des étudiant/e/s du Master 2 « Droit de l’environnement et de l’urbanisme » et du Master 2 « Ethique, écologie et développement durable » de l’Université Jean Moulin – Lyon 3

La conférence aura lieu le vendredi 25 janvier de 9h00 à 12h00

Amphithéatre Doucet-Bon, 18 Rue Chevreul, 69007 Lyon
(Entrée libre)

Séminaire sur la thématique “Méthodes participatives et perceptions paysagères”

Ce séminaire, a lieu dans le cadre de la venue de Christopher Raymond, chercheur à l’université de Helsinki. Il dirige le groupe de recherche intitulé “social values for sustainability reseach group” (https://www.socialvaluesrg.com/about-us)

Le mardi 29 janvier 2019 de 12h15 à 13h45
ENS de Lyon salle D4-235

12h15-13h00 Christopher Raymond – Assessing landscape values and development preferences using public participation GIS: recent advances and future directions

13h00-13h45 Marylise Cottet – Using mobile eye-tracking methodology to better understand perceptions and values of landscapes

Soutenance de thèse : “(Se) représenter les barrages : (a)ménagement, concessions et controverses”

Invitation à la soutenance de thèse de Silvia Flaminio
Silvia Flaminio a le plaisir et l’honneur de vous inviter à la soutenance de sa
Thèse de Doctorat en géographie de l’Université de Lyon
conduite à
l’École Normale Supérieure de Lyon,
à l’École Doctorale N°483 Sciences Sociales,
et à l’UMR 5600 Environnement Ville Société 
et intitulée

(Se) représenter les barrages : (a)ménagement,
concessions et controverses

La soutenance publique se tiendra le vendredi 30 novembre 2018 à 14h00 à l’ENS de Lyon, Site Descartes, en salle D2-020, devant le jury composé de :

  • Sylvie Clarimont, Professeure des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour Rapporteure
  • Lydie Goeldner-Gianella, Professeure des Universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Rapporteure
  • Marie-Anne Germaine, Maîtresse de Conférences, Université Paris Nanterre Examinatrice
  • Jamie Linton, Maître de Conférences, Université de Limoges Examinateur
  • Hervé Piégay, Directeur de recherches CNRS, UMR 5600 Directeur
  • Yves-François Le Lay, Maître de Conférences, ENS de Lyon Co-encadrant

Invitation et plan d’accès

Résumé
Cette thèse a pour objectif d’étudier les représentations et les récits liés aux aménagements controversés que peuvent être les barrages hydrauliques. Si la fonction symbolique des barrages a souvent été soulignée par la littérature scientifique, peu de travaux sont réellement consacrés à leurs représentations et à leurs trajectoires spatiales et temporelles. En s’inspirant d’études issues de la géographie sociale et culturelle sur les représentations et de la political ecology sur les discours, la thèse confronte différentes sources (presse, entretiens et archives), terrains (France et Australie) et approches méthodologiques (quantitatives et qualitatives) pour retracer l’évolution discursive des infrastructures hydrauliques. Les points de vue de différents acteurs sont aussi considérés : les habitants, les ingénieurs et les institutions hydrauliques, les opposants aux barrages, les administrations en charge de la protection de la nature ou encore les scientifiques qui produisent des connaissances sur l’environnement. D’un point de vue méthodologique, la thèse révèle les biais de certains matériaux et souligne l’intérêt de poursuivre leur croisement. Les résultats  montrent l’évolution de waterscapes, d’espaces et de cycles hydrosociaux, par exemple les concessions progressives faites aux
environnementalistes aux dépens des hydrocraties ; ils mettent aussi en avant, plus généralement, la production et la circulation de discours, notamment à l’occasion de conflits et de controverses, qui conduisent au délitement du discours prométhéen sur la nature et à la diffusion de représentations concurrentes de l’environnement.
Mots-clefs : Analyse des données textuelles, barrage, conflit, controverse, discours, environnement, Gordonbelow-Franklin (fleuve Gordon, Australie), Loyettes (fleuve Rhône, France), récits, représentation, rivière d’Ain (France).

Abstract
The aim of this PhD thesis is to study representations and narratives on dams, which are often controversial infrastructures. If the symbolic role of dams has been underlined in the literature, few studies actually focus on the perception of dams and their spatial and temporal trajectories. Building on the literature of social and cultural geography on representation, and the writings of political ecology on discourse, this thesis confronts different sources (newspapers, interviews and archives), study areas (in France and Australia) and methodological approaches (quantitative and qualitative) in order to follow the discursive evolution of hydraulic infrastructure. The points of view of various stakeholders are also considered: inhabitants, engineers and hydraulic institutions, opponents to dams, administrations in charge of nature protection and scientists who produce environmental knowledge. From a methodologicial perspective, the dissertation highlights the limits of certain material and illustrates the necessity to consider different sources in parallel. The results show the evolution of waterscapes, hydrosocial spaces and cycles—the gradual concessions made to environmentalists at the expense of hydraulic bureaucracies—but they also illustrate, on a broader perspective, the production and the flow of discourses on the environment—the disaggregation of a Promethean discourse on nature and the multiplication of different and sometimes opposing representations of the environment—particularly during conflicts and controversies.
Keywords: Ain river (France), conflict, controversy, dam, discourse, environment, Gordon-below-Franklin (Gordon River, Australia), Loyettes (Rhône River, France), narratives, public perception, textual data analysis,
representation.

Café fluvial : “Dynamique fluviale du Loir (cours d’eau de faible énergie) : collecte de données et signification des résultats.”

Le jeudi 29 novembre 2018, Jeannine Corbonnois, professeure émérite de l’Université du Maine (Le Mans), animera un café fluvial au cours duquel elle nous présentera certains de ses travaux.

Sa présentation portera sur :

” Dynamique fluviale du Loir (cours d’eau de faible énergie) : collecte de données et signification des résultats.

Rendez-vous à 13h30 à l’ENS de Lyon (15 parvis René Descartes, 69007 Lyon), en salle D4.235 (anciennement bâtiment recherche, salle R230) pour l’écouter et échanger avec elle sur ses travaux.


Veuillez trouver en pièce jointe un résumé, ainsi qu’un plan d’accès.
Café fluvial Jeanine CorbonnoisAccès

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux,

L’équipe Cafés fluviaux,
Anne-Lise Boyer
Samuel Dunesme
Baptiste Marteau
Christophe Rousson

Contact : cafesfluvio@yahoo.com

Café fluvial : “Évolution morpho-sédimentaire du lit de la rivière Ehen en réponse à la reconnexion d’un affluent éphémère.”


La rentrée des cafés fluviaux est enfin arrivée !

Le mardi 6 novembre 2018, Baptiste Marteau, post-doctorant au laboratoire EVS depuis le début de l’année, animera un café fluvial au cours duquel il nous présentera ses travaux de thèse.

Sa présentation portera sur :

Évolution morpho-sédimentaire du lit de la rivière Ehen en réponse à la reconnexion d’un affluent éphémère.

Rendez-vous à 14h à l’ENS de Lyon (15 parvis René Descartes, 69007 Lyon), en salle D4.235 (anciennement bâtiment recherche, salle R230) pour l’écouter et échanger avec lui sur ses travaux.


Veuillez trouver en pièce jointe un résumé, ainsi qu’un plan d’accès.
Café fluvial Baptiste MarteauAccès

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux,

L’équipe Cafés fluviaux,
Anne-Lise Boyer
Samuel Dunesme
Baptiste Marteau
Christophe Rousson

Contact : cafesfluvio@yahoo.com

Café fluvial : “Catchment connectivity, channel dynamics and healthy rivers”

Le mardi 19 juin prochain, Ian Fuller, professeur de géographie physique à la Massey University en Nouvelle-Zélande,
animera un café fluvial au cours duquel il nous parlera de continuité et de cascade sédimentaires, et de ses implications pour la gestion des rivières, à partir d’exemples pris en Nouvelle-Zélande.

Sa présentation portera sur :

Catchment connectivity, channel dynamics and healthy rivers

Ian nous rejoint pour la conférence IS Rivers et restera parmi nous au laboratoire EVS jusque vers le 6 juillet.

Rendez-vous à 14h à l’ENS de Lyon (15 parvis René Descartes, 69007 Lyon), en salle D4.235 (anciennement bâtiment recherche, salle R230) pour l’écouter et échanger avec lui sur ses travaux.

Veuillez trouver en pièce jointe un résumé, ainsi qu’un plan d’accès.
Café fluvial Ian Fuller ; Accès

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux,

L’équipe Cafés fluviaux,

Anne-Lise Boyer
Samuel Dunesme
Jérémie Riquier
Christophe Rousson

Contact : cafesfluvio@yahoo.com

Café fluvial : “Changing Hydrology and Sediment Transport in the Mekong River: Implications for the Ecosystem and the Delta”

Le mardi 12 juin, Chantha Oeurng et G. Matt Kondolf animeront un café fluvial au cours duquel ils nous parleront du delta du Mekong et des impacts sur les écosystèmes fluviaux causés par les pressions anthropiques et les modifications de l’hydromorphologie qu’elles induisent.

Leur présentation portera sur :

Changing Hydrology and Sediment Transport in the Mekong River: Implications for the Ecosystem and the Delta
Rendez-vous à 14h à l’ENS de Lyon (15 parvis René Descartes, 69007 Lyon), en salle D4.235 (anciennement bâtiment recherche, salle R230) pour les écouter et échanger avec eux sur ses travaux.
Veuillez trouver en pièce jointe un résumé, ainsi qu’un plan d’accès.

En espérant vous retrouver nombreuses et nombreux,

L’équipe Cafés fluviaux,
Anne-Lise Boyer
Samuel Dunesme
Jérémie Riquier
Christophe Rousson

Séminaire Atelier 4: Diversité et ambiguïtés de la ressource patrimoniale

Séminaire 5 juin 2018 à 14h, salle LR4 au Campus Tréfilerie, UJM Saint Etienne

Diversité et ambiguïtés de la ressource patrimoniale

  • Georges GAY, Professeur Université Jean Monnet

C’est au cours des années 90 que le patrimoine est devenu un objet de recherche pour les géographes alors qu’il était auparavant essentiellement travaillé par les historiens et les ethnologues. Cet investissement des géographes correspond à un changement de point de vue qui glisse de l’objet patrimonial aux processus de patrimonialisation. Ce faisant, cette démarche va au-devant d’une demande sociale qui sollicite le patrimoine comme antidote aux incertitudes du présent. Dans cette perspective, la patrimonialisation est une composante souvent incontournable des politiques de développement qu’elles soient le fait des « villes entrepreneuriales » ou des territoires orphelins, construisant le patrimoine comme une ressource dont la diversité est à la mesure de l’inflation chronologique, typologique et spatiale qui s’en est emparé dans les dernières décennies. Le séminaire a donc pour objectif d’explorer cette diversité, dans le prolongement des questionnements ouverts par le séminaire du 26 avril de l’atelier 2. Il se propose d’en interroger aussi les ambiguïtés car patrimoine choisi ou patrimoine subi, patrimoine positif ou patrimoine négatif, patrimoine de dominants ou patrimoine de dominés, la ressource patrimoniale est loin de s’abriter sous un statut unique qui en ferait un indiscutable bien commun…

  • Clémentine PERINAUD, Doctorat de géographie-aménagement – Université Jean Monnet

 Titre – Entre négation et réinvention sélective du patrimoine industriel : le cas de l’ancienne ville-usine de Terrenoire (quartier de Saint-Etienne)

Dans nombre d’anciennes villes-usines en reconversion, le patrimoine industriel est envisagé comme un levier important de la revalorisation territoriale. A ce titre, le quartier de Terrenoire (Saint-Etienne) présente une situation territoriale singulière. Cette ancienne ville-usine est caractérisée par l’absence de politiques patrimoniales fortes, malgré l’existence d’un héritage industriel important et diversifié, principalement constitué suite au développement de la Compagnie de Terrenoire (1821-1889). Cette communication souhaite mettre en évidence les processus qui concourent à inscrire l’héritage de la ville industrielle terranéenne dans un horizon incertain, à la fois du point de vue de sa reconnaissance chez les habitants et de sa prise en compte par les pouvoirs publics.

Dans la désindustrialisation, le quartier a connu une conversion résidentielle qui s’est associé à un processus d’invisibilisation de son caractère industriel. Une enquête menée entre avril et décembre 2017 a ainsi montré la prédominance d’une absence de considération du patrimoine industriel chez les habitants au profit d’autres modalités de valorisation : proposer un espace résidentiel de qualité et abordable dans un environnement de nature. Les pouvoirs publics ont accompagné l’effacement des traces de la ville industrielle au travers d’une politique active de démolition des bâtiments d’usines entre le milieu des années 1990 et le milieu des années 2000, au nom de l’urgence de la reconversion du quartier. L’héritage de la ville industrielle reste aujourd’hui perçu par les acteurs municipaux comme une contrainte matérielle et symbolique.

La banalisation de la ville-usine se lit ici dans le rapport devenu confidentiel aux lieux de la ville industrielle, dans un quartier plus ordinaire. Nous assistons cependant à un mouvement fragile de mise en patrimoine du quartier, pour partie spontané au travers de la reconnaissance par certains groupes habitants de « signatures », matérielles et symboliques, renvoyant à un « vécu proprement terranéen ». Nous observons également la reconstruction d’un projet de quartier fondé sur la valorisation de « l’écrin vert » terranéen qui tend à réinvestir certains lieux de la ville-usine sans cependant considérer ou même connaitre l’histoire industrielle qui y est attachée. Cette situation questionne l’opportunité d’une reconnaissance institutionnelle d’éléments hérités de la ville-usine en réponse à un risque de banalisation et de dévalorisation exprimé par la plupart des habitants enquêtés.

  • Pierre-Antoine Chabriac, Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne

Suite à la grande crue du Rhône de 1856 qui toucha durement le quartier de la Guillotière à Lyon, détruisant un grand nombre de constructions en terre crue (1185 maisons détruites, 448 partiellement détruites et 200 avec des avaries) et faisant se retrouver 10 000 habitants sans logement, le maire-préfet Vaïsse publia dans les semaines suivantes un arrêté interdisant la technique du pisé de terre crue dans l’ensemble de l’agglomération lyonnaise. Devant la nécessité de construire des logements rapidement et peu onéreux (dans le contexte de la révolution industrielle), se développa alors la technique du pisé de mâchefer. Résidu solide provenant de la combustion de la houille, le mâchefer est broyé puis mélangé à de la chaux et sa mise en œuvre est identique à celle du pisé de terre crue (damage entre des banches pour des murs monolithiques de 50 cm d’épaisseur en moyenne). Matériau peu onéreux et disponible en très grande quantité, le mâchefer comme matériau de construction se répandit rapidement, jusque dans les années 1950, à tel point que des architectes de renom l’utilisèrent pour de grands projets. On peut par exemple citer Tony Garnier pour la Cité des Etats-Unis à Villeurbanne ou encore le premier stade Gerland.

Blocs agglomérés de béton de mâchefer

Les bâtiments en mâchefer sont donc légion entre Lyon et Saint-Etienne et dans toute la Vallée du Gier. Or, si les bâtiments en mâchefer représentent des dizaines de milliers de logements, ce matériau reste peu connu scientifiquement compliquant ainsi la réhabilitation dans le contexte actuel de rénovation énergétique. Ses caractéristiques physico-chimiques, son comportement potentiellement hygrothermique, son impact sur la santé, les principes architecturaux, sociologiques et économiques sous-jacents à ce mode constructif sont autant d’inconnues à ce jour.

Les recherches menées dans cet atelier tentent alors de lever ces verrous scientifiques qui favoriserait la réhabilitation de ces constructions en lieu et place de leurs destructions, faute de connaissance, et permettrait alors de sauvegarder un patrimoine architectural local riche et une tranche d’histoire importante de la région.

  • Essaid Bilal École des Mines de Saint Étienne

Mâchefer comprendre pour entreprendre

L’objectif de notre étude est de comprendre les transformations induites par la circulation de fluides dans les bétons mâchefers, qui conditionnent leur dégradation ou leurs propriétés d’usage. Il faut aussi déterminer l’interaction des mâchefers avec les liants (chaux hydraulique ou ciment) utilisés lors de l’élaboration du Béton mâchefer.

Nous sommes en cours de développer une méthodologie d’identification des interactions des mâchefers avec leur environnement. Nous présenterons une étude préliminaire de la dégradabilité des mâchefers dans l’environnement stéphanois.

WORKSHOP USUMACINTA

3ème conférence internationale

Recherches et actions au service des fleuves et grandes rivières

Le projet de recherche VAL-USES (ANR-CONACYT), associant des chercheurs français et mexicains, débute pour trois ans dans le bassin versant du fleuve Usumacinta. Ce territoire, complexe et vulnérable, lieu de rencontre de multiples activités humaines, est très exposé aux changements économiques et environnementaux. Dans le projet, il sera abordé par l’une de ses composantes, essentielle pour le fleuve comme pour les humains, mais aujourd’hui méconnue : les sédiments. Ce workshop propose d’investir  scientifiquement les différentes facettes du bassin versant, pour une vision globale du territoire. Cette étape permettra le partage de connaissances entre chercheurs français et mexicains et amorcera la progression vers des analyses plus fines, centrées sur les enjeux propres aux sédiments. D’un point de vue méthodologique, l’objectif sera d’échanger sur les outils et protocoles retenus, dans la  perspective d’un travail interdisciplinaire.

The VAL-USES project (ANR-CONACYT), joining French and Mexican researchers, starts for three years in the Usumacinta watershed. Within this complex and vulnerable territory, many different human activities interact. Economic and environmental changes highly impact this socio-ecosystem. The VAL-USES project will focus on one special component of the river, essential for the ecosystem as for humans: sediments. This workshop will  scientifically investigate the different aspects of the Usumacinta watershed, for a global approach of the territory. This first step will allow French and Mexican researchers to share their knowledge and to move forward to more specialized studies, focused on sediments. From a methodological point of view, the goal will be to exchange tools and experimental protocols, to build an interdisciplinary research work.

Nombre de participants attendus : 40 personnes
Horaires : 8h30-12h / 13h30-17h30
Tarif d’inscription : 60 € / personne
Langue : français et anglais

Le programme est ici

Séminaire 24/05/2018 : Cycle hydrosocial et présence du sacré

Etude des processus de politisation du fleuve Gange dans le conflit autour de la zone protégée « Gaumukh-Uttarkashi Eco-sensitive Zone »

Flore Lafaye de Micheaux, doctorante Université de Lausanne, Institut de Géographie et de Durabilité

Le jeudi 24 mai de 14h à 16 h00 en salle 604, 18 rue Chevreul, Lyon 7ème.

La zone protégée « Gaumukh-Uttarkashi Eco-Sensitive Zone » aux sources du Gange dans la région himalayenne du Garhwal (Inde) a été notifiée en décembre 2012 par le ministère de l’Environnement et des Forêts. Cette décision semble relever d’une politique classique de conservation visant à protéger une zone « pristine » contre le développement d’activités humaines potentiellement destructrices. Pourtant, si l’on étudie les processus politiques précédant et suivant cette décision, le caractère sacré pour les Hindous de cette section du fleuve Bhagirathi a joué un rôle significatif dans cette trajectoire, qui se révèle heurtée et à rebonds. Des coalitions pro- et anti- barrages hydroélectriques se sont constituées depuis 2006-2007, mobilisant des arguments qui mêlent des grandeurs de natures différentes. Une dimension ontologique spécifique a notamment imprégné les motivations et les stratégies politiques de certains acteurs. Nous chercherons ainsi à analyser comment la présence du sacré marque le « cycle hydrosocial » dans le contexte de ce conflit environnement/développement.

 

Séminaire : Appréhender la diversité des représentations de la ressource environnementale : approches méthodologiques

Séminaire Ressources – Atelier 4

Appréhender la diversité des représentations de la ressource environnementale : approches méthodologiques

Jeudi 14 Avril 2016,

14h00-16h00

18 rue Chevreul

Salle 604

Intervenants
Marie-Anne Germaine (géographe, Université Paris Ouest Nanterre, UMR 7218 LAVUE)Samuel Depraz (géographe, Université Lyon 3, UMR 5600 EVS)
Yves-François Le Lay
(géographe, Université Lyon 3, UMR 5600 EVS

Marie-Anne GERMAINE, Appréhender les représentations paysagères

Rarement placé au cœur des débats publics, le paysage constitue pourtant une ressource  environnementale intéressante pour comprendre les conflits qui s’expriment autour de la gestion écologique des territoires. L’affirmation des principes de restauration écologique dans le domaine de la gestion des rivières met spécialement en exergue la multiplicité des représentations que les différents acteurs en jeu (gestionnaires, agriculteurs, pêcheurs, défenseurs de la nature, propriétaires riverains, …) se font du paysage de la rivière et plus largement de la nature. Nous proposons de mêler analyse de la dimension matérielle des paysages (via la photographie ou la réalisation de blocs diagrammes notamment) et analyse des discours sur le paysage pour mieux appréhender et spatialiser ces représentations paysagères, et de discuter des moyens d’enquête et de restitution.

Yves-François LE LAY, Des barrages sous presse : les saumons plus forts que les humains ?

Deux barrages mis en service sur la Sélune (Manche) dans l’Entre-deux-guerres sont visés par un important projet de déconstruction qui suscite un débat public inachevé. Les uns soulignent que l’effacement des ouvrages transversaux favoriserait la ressource piscicole et notamment la migration des espèces migratrices ; les autres témoignent de leur attachement à une ressource paysagère, économique ou patrimoniale. A l’affût des événements dits newsworthy, la presse régionale a contribué à la publicisation d’attitudes contrastées relatives aux barrages et aux lacs de retenue. L’analyse textométrique d’un corpus de plus de 500 articles permet d’appréhender le jeu d’acteurs prenant part à la polémique, les hauts et les bas de la carrière du conflit ainsi que la diversité et la hiérarchie des enjeux territoriaux de la controverse. Il s’agira ainsi d’explorer les atouts et les limites d’une telle méthodologie pour explorer les composantes cognitive, affective et pré-comportementale des attitudes tenues à l’égard d’un dispositif technique.

Samuel DEPRAZ, Travailler l’acceptation sociale des espaces protégés

Les espaces naturels protégés peuvent être envisagés comme une ressource territoriale dans les différentes stratégies des acteurs du développement rural. A ce titre, ils suscitent des conflits d’intérêt et d’usage dans lesquels on retrouve plusieurs dimensions, tant économiques que politiques ou psychologiques. Le protocole méthodologique qui va être discuté ici propose de décomposer les attitudes des personnes interviewées afin de montrer cette diversité d’enjeux et de comprendre, plus généralement, la dimension plurielle des représentations sur un objet environnemental spatialisé.

Plus d’information : Yves-Francois.Le-Lay@ens-lyon.fr, samuel.depraz@univ-lyon3.fr

Séminaire : Pour une approche institutionnelle et territoriale des ressources : enjeux et perspectives

Séminaire Ressources – Atelier 4

Mardi 15 mars 2016,

14h00-16h00

18 rue Chevreul

Salle 604

Animation : Lise Bourdeau-Lepage et Anne Rivière-Honegger
Intervenante : Leila Kebir (EIVP/LabUrba)

Pour une approche institutionnelle et territoriale des ressources : enjeux et perspectives

      La question des ressources et en particulier des ressources territoriales fait l’objet depuis le début des années quatre-vingt de nombreuses recherches. Au cœur de l’innovation, terreau de différenciation et de compétitivité, les ressources territoriales ont très vite été identifiées comme un des leviers d’action possibles des acteurs du développement. Aussi, nombre de travaux ont porté sur l’identification des ressources-clés (savoir, patrimoine, etc.), les conditions d’émergence de ces dernières et des dynamiques d’acteurs associées. A ces travaux sont venues s’ajouter les préoccupations de rareté et de maintien des ressources qui ont également ouvert un champ de recherche en développement territorial. La présente contribution propose de revenir sur la notion de ressource et d’envisager un cadre conceptuel en permettant l’analyse. Elle propose également, sur la base de diverses recherches réalisées d’envisager les enjeux et les perspectives actuelles autour de cette notion et notamment la prise en compte de la relation producteur-consommateur.

Plus d’information : lblepage@gmail.com et honegger@club-internet.fr

Séminaire : Usages et préservation de l’eau : qu’est-ce qui fait la ressource et que fait-elle en retour ? Regards croisés entre juriste et urbaniste

Séminaire Ressources – Atelier 4

Usages et préservation de l’eau : qu’est-ce qui fait la ressource et que fait-elle en retour ? Regards croisés entre juriste et urbaniste

Mercredi 10 février 2016,

14h00-16h30

18 rue Chevreul

Salle 604

Animation : Anne Rivière-Honegger
Intervenants : Gaëtan Bailly (Institut du droit de l’environnement), Nina Cossais (EVS)

 

Ce séminaire vise à porter un regard croisé interdisciplinaire à partir de la présentation de deux sujets de thèse et de leurs questionnements. La thèse de Gaëtan Bailly est consacrée aux usages traditionnels de l’eau saisis par le droit positif de l’environnement. De son côté, Nina Cossais s’intéresse, dans le cadre d’une thèse CIFRE en urbanisme au Grand Lyon, aux problématiques d’entretien des dispositifs de gestion à la source des eaux pluviales.

Au travers des thèses présentées, il s’agira notamment de croiser les regards sur les notions de ressource et d’usage : l’eau comme ressource matérielle pour les habitants du territoire, les industries, la flore et la faune ; l’évolution des techniques, les Hommes, leurs compétences, leurs savoir-faire, leurs trajectoires professionnelles, les cultures professionnelles comme ressource immatérielle pour la collectivité. Quelles sont les menaces qui pèsent sur ces différentes ressources ? Faut-il les protéger, les préserver, et de quelle façon ? Penser la ressource matérielle en contexte de changement rapide passe-t-il nécessairement par une adaptation des ressources immatérielles ?

Gaëtan Bailly – les usages traditionnels de l’eau saisis par le droit positif de l’environnement

Il nous faudra premièrement s’appesantir sur la pluralité de sens que peut renfermer le terme d’ « usage ». Il s’agit d’abord de l’action d’ « user », d’utiliser, de se servir de. Mais il s’agit également d’un concept juridique qualifiant une source de droit fondée sur la constance, la généralité et l’acceptation d’une pratique comme règle de droit. Un raisonnement circulaire peut alors être développé : l’usage au sens de pratique, entraîne une nécessaire solidarité entre les usagers de la ressource. Cette solidarité, qui soude une communauté d’usagers induit l’application de règles, celles-ci se forgeant au fil du temps et de l’évolution des pratiques, devant ainsi des « usages » au sens juridique qui, à son tour, contraint les « usages » de la ressource. Ces règles sont dès lors le fruit de l’observation de l’état de la ressource et de l’adaptation des hommes aux nouvelles contraintes auxquelles ils peuvent être confrontés dans les usages de cette ressource. Elles sont adaptables, mais sont surtout issues de la pratique des usagers et en cela diffèrent de la réglementation imposée par une autorité administrative ou législative : on parle de droit spontané. Ce dernier a dès lors pour fonction de consacrer l’eau comme ressource naturelle qu’il s’agit de préserver, et de conditionner son exploitation selon des contraintes extérieures (environnementales, sociales ou économiques). Au premier rang des contraintes pesant sur la ressource et es usagers se trouvent les impératifs environnementaux : la pollution des eaux, et plus généralement la dégradation de la biodiversité tant aquatique que terrestre, ou encore plus globalement, l’érosion des milieux naturels. Ainsi, les règles applicables doivent permettre la durabilité des pratiques anthropiques face à la tension qui existe entre la nécessaire préservation de la ressource et son exploitation.

Nina Cossais – entretien des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales : évolution des pratiques, des cultures professionnelles et des identités.

La gestion dite « alternative » (au tout réseau) des eaux pluviales vise à compenser l’imperméabilisation des sols due à l’urbanisation en limitant les quantités d’eau acheminées dans le réseau d’évacuation public. Retenir l’eau de pluie au plus près de là où elle tombe, et si possible l’infiltrer dans le sol, permettent de limiter les rejets des réseaux unitaires saturés vers les milieux récepteurs. Dans un contexte de changement climatique et de menace sur l’approvisionnement futur en eau potable, les eaux pluviales, jusqu’ici nuisance, deviennent une ressource. Développées depuis une quarantaine d’années en France par des collectivités pionnières, les techniques alternatives, comme les noues, tranchées, bassins, puits et les chaussées poreuses ou réservoir, sont désormais adoptées par un grand nombre de collectivités. Pourtant, des difficultés persistent. D’ordre technique, organisationnel,  économique et social, elles sont notamment liées à la sectorisation et la spécialisation des professionnels de la ville qui ont accompagné la mise en place des réseaux au XXème siècle, et à l’incompatibilité et l’inertie des environnements urbains existants. Les difficultés organisationnelles ne sont pas propres à la gestion des eaux urbaines. Le Grand Lyon dispose des compétences complètes pour l’aménagement et l’entretien des voiries et des espaces publics mais pas de celles liées aux espaces verts. La question de l’entretien des noues heurte notamment les répartitions habituelles de gestion du fait de leur double fonction d’espace vert et d’ouvrage de compensation de l’imperméabilisation des voiries. Pour autant, les premiers échanges avec les égoutiers, leur hiérarchie, et la littérature concernant la « révolution » des services des espaces verts autour de la gestion intégrée[1] et de la politique « zéro phyto » laissent supposer d’autres causes, à la fois plus culturelles et plus individuelles, et sur lesquelles il semble encore plus complexe d’agir. Ainsi les changements de pratiques semblent générer, chez certains jardiniers comme chez certains égoutiers, un questionnement qui pourrait s’apparenter à un malaise voire à une remise en cause de leur identité propre : qu’est-ce qu’un « travail bien fait » ? qu’est-ce qui fait de moi un « bon égoutier » ou un « bon jardinier » ?

[1] Dans une politique de gestion différenciée, les espaces sont traités en fonction de leur localisation et de leur usage. Un « code qualité » allant de zéro à six définit la nature et la fréquence des interventions (voir l’article de Marie-Jo Menozzi, « Mauvaises herbes », qualité de l’eau et entretien des espaces, paru dans Natures Sciences Sociétés en 2007)
Plus d’information : honegger@club-internet.fr